Accueil » Témoignages » « Aujourd’hui, le végétal ne se vend pas tout seul »
Témoignages

« Aujourd’hui, le végétal ne se vend pas tout seul »

Stéphane Frisson Directeur de marché Jardin/Végétal Jardiland

Pourquoi venez-vous au Salon ?

Dans le cadre de ma fonction, j’y vais car j’ai besoin d’avoir une vision globale du marché, notamment du marché français chez qui nous achetons plus de 80 % de nos assortiments. C’est l’occasion de rencontrer la profession, de découvrir de nouveaux producteurs. Avec mes équipes, nous allons ratisser le Salon pour être sûr de ne rien oublier.

Qu’attendez-vous de cette édition 2019 ?

J’attends du Salon du Végétal qu’il reprenne sa position de leader incontournable sur le marché français. Le travail qui a été mené cette année œuvre dans ce sens, notamment avec le nouvel espace Merchandising. Faire appel à des intervenants qui ne sont pas du secteur Jardin, c’est précieux. Aujourd’hui le végétal ne se vend pas tout seul. Il doit y avoir des accessoires, une mise en scène, qui va inspirer le consommateur et lui faire acheter la plante et les accessoires lui permettant de réussir son projet.

La filière végétale doit se rendre plus attractive ?

Bien sûr, c’est ça la clé ! Nous avons une tradition horticole historique qu’il faut défendre. Par rapport à d’autres pays, il y a une vraie différence de qualité, de conduite, qui se voit dans le pot. Même un client, sans être expert du végétal, peut le distinguer à l’œil nu. Amenons le consommateur sur cette spécificité, sachant qu’il est sensible au made in France. Nous avons besoin d’une production française forte. Si je n’ai pas de plantes, je n’ai pas de clients !

SUIVEZ-NOUS

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez tous les mois l’actualité et les nouveautés du Salon du Végétal.