Accueil » Témoignages » « Nous ne pourrons pas vendre du vert sans produire de manière verte »
Témoignages

« Nous ne pourrons pas vendre du vert sans produire de manière verte »

Mikaël Mercier, Président de Val’hor.

Quelle réponse apporter face aux nouveaux enjeux de la filière concernant l’éco-responsabilité ?

Notre responsabilité́ de filière nous engage et nous y répondons par la mise en place d’une certification éco-environnementale Plante Bleue, désormais reconnue niveau III (Haute Valeur Environnementale). Elle engage les entreprises dans une démarche d’obligation de résultats sur la réduction des intrants, la maîtrise des besoins en eau ou encore de chauffage… Aujourd’hui, ce sont 212 entreprises certifiées qui cultivent 5 251 hectares.

 

Quels acteurs doivent être mobilisés pour contribuer à un changement pour plus d’éco-responsabilité ?

Ils sont nombreux et concernent chaque maillon de notre filière. Du paysagiste-concepteur qui doit concevoir des aménagements durables naturels en intégrant, par exemple, la gestion des eaux pluviales, aux collectivités et distributeurs qui doivent aujourd’hui accompagner leurs clients vers des alternatives aux produits phytosanitaires pour proposer des végétaux éco-responsables de qualité . Nous nous adressons aussi aux ménages sur la question notamment du devenir des pots.

Nous ne pourrons pas vendre du vert sans produire de manière verte : nous ne pourrons pas vendre du végétal demain sans avoir une démarche éco- environnementale responsable.

 

Pourquoi venez-vous au Salon du Végétal, et que représente-t-il pour la filière selon vous ? En quoi cela rejoint-il le positionnement de Val’hor ?

Il est important pour nous de nous associer au Salon du Végétal. Il est le baromètre de notre filière et Val’Hor l’accompagne depuis de nombreuses années, en étant notamment partenaire exclusif du concours Innovert®, qui valorise de belles innovations chaque année. Être présent au salon, en tant qu’exposant ou visiteur, est le reflet de notre dynamisme national sur le marché. Je crois profondément en notre filière. Pour sentir les évolutions en cours, il faut venir au Salon du Végétal.

Le végétal est une filière porteuse pour l’avenir, nous avons de nombreux atouts pour apporter au consommateur citoyen des solutions pour lui-même et pour la collectivité. Le végétal demain ne sera pas seulement un végétal d’ornement, il ne sera pas seulement un accessoire, il deviendra utile et même essentiel. C’est le message porté par Val’Hor : le végétal est essentiel à la vie.

SUIVEZ-NOUS

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Recevez tous les mois l’actualité et les nouveautés du Salon du Végétal.